Vous êtes ici :Accueil du site > Club > Le stade de Roudourou

Le stade de Roudourou

vendredi 29 octobre 2010

Stade Municipal de Roudourou 

Rue du Manoir 

22 200 GUINGAMP

Date de construction : 1989, inauguré le 21 janvier 1990 et agrandi en 1997/1998 puis en 2007.

Capacité : 12 000 puis 18 250 places (16 683 assises).

Meilleures affluences :

 1- Guingamp - Dijon 2-0 18 208 (2013) 

 2- Guingamp - Marseille 1-3 18 092 (2013) 

 3- Guingamp - Toulouse FC 2-0 18 031 (2014) 

 4- Guingamp - Marseille 0-1 18 002 (2004)

 5- Guingamp - Monaco  3-1 18 001 (2003)

 6- Guingamp-Metz 1-3 17 964 (2001)

 7- Guingamp-Paris SG  0-0 17 943 (1998)

 8- Guingamp-Rennes  1-6 17 850 (2001)

 9- Guingamp - Le Havre  1-2 17 778 (1998)

 10- Guingamp-Paris SG 1-1 17 623  (2014)

 11- Guingamp-Rennes  3-0 17 522  (2003)

 12- Guingamp-Marseille  0-0  17 330  (2003)

 13- Guingamp-Paris SG  1-1 17 316  (2001)

 14- Guingamp-Nantes  2-0 17 287 (2003)

 

Histoire

JPEG - 1.1 Mo

Jusqu’en 1990, les équipes d’En Avant disputent leurs rencontres au stade Yves-Jaguin. Le stade municipal de Roudourou existe déjà mais il est occupé par le Stade Charles de Blois, rival éternel du laïc En Avant. Les "Rouge et Noir" y font malgré tout quelques apparitions notamment en Coupe de France lors de la formidable épopée de la saison 72-73. En décembre 1972, le Roudourou est le théâtre de l’élimination du Stade Brestois (D2) par les troupes de Sylvestre Salvi lors d’un 7e tour mémorable (2-1). On retrouve trace des Guingampais au Roudourou, le 20 août 1977, lors du premier match d’En Avant à domicile face à Caen. Grâce à deux buts de Roger Gill et Guy Stéphan, les joueurs de Claude Pérard y signent leur premier succès dans le monde pro. En Avant retrouve son stade Yves Jaguin mais le succès populaire qui accompagne les exploits de l’équipe rend l’enceinte rapidement trop exigüe. Un événement majeur incite Noël Le Graët à vouloir changer le cours de l’histoire. Lors d’un derby face à Rennes (1984-85), une tribune provisoire s’effondre. Une trentaine de personnes sont légèrement blessées. Ce regrettable accident affecte le président. « Avec 550 places au stade Yves-Jaguin, nous ne pouvons plus continuer ainsi, explique-t-il à l’époque. Nous possédons des infrastructures d’un club comme Plancoët ou Plérin...Nous devons donc tous nous battre pour qu’il y ait un chantier important dans le Trégor dont on connait les difficultés. Ce formidable pari peut être gagné... Ce nouveau stade serait d’une capacité de 15 000 places environ, avec 5 000 à 6 000 assises. »


JPEG - 791.4 ko

 Noël Le Graët, vote pour le Roudourou

JPEG - 579.5 ko

Noël Le Graët tient à ce projet et insiste auprès du maire Maurice Briand. Celui-ci est sceptique. Les finances de la cité de 8 000 habitants, la conjoncture économique délicate, constituent des obstacles qu’on croit insurmontables. A force de persuasion, Noël Le Graët parvient à ses fins. Le projet, confié à l’architecte local Jean-Yves Philippe, devient finalement réalité en 1989. Durant l’été, les vieilles tribunes du Roudourou disparaissent. Les travaux de rénovation durent neuf mois. Les tribunes représentent un kilomètre de marches, soit 100 tonnes de béton. L’éclairage est porté à 1 026 lux. Huit loges sont rajoutées. Des travaux d’un montant de 18 millions de francs Le stade de Roudourou rénové est inauguré le 20 janvier 1990 face au grand PSG. L’équipe d’Ivic regorge d’internationaux comme Susic, Bats, Zlatko Vujovic, Bravo, Pérez ou encore l’argentin Gaby Calderon. 12 000 personnes se pressent dans l’enceinte rénovée et assistent à la victoire 1-0 des "Rouge et Noir" grâce à un but de Claude Goudard, inscrit à un quart d’heure de la fin. Guingamp dispose désormais d’un outil digne d’un club pro. Un stade qui porte le nom du quartier sur lequel il a été édifié. Roudourou, quartier populaire. Un nom choisi à la suite d’un sondage réalisé auprès de la population. Roudourou signifie « l’eau du ruisseau ». Un ruisseau qui rêve de devenir une grande rivière...

18 000 places pour 7 336 habitants

Conçu pour la Deuxième division, le Roudourou se révèle rapidement trop étroit pour le club qui ne cesse de grandir. L’accession en Ligue 1 en 1995, accélère le processus de modernisation. Il est vrai que la butte de terre qui existait à l’emplacement de l’actuelle tribune latérale ouest, se montrait fort inappropriée pour accueillir la foule de supporters sans cesse plus nombreuse. Pour la réception de l’Inter de Milan en coupe de l’UEFA, la capacité de l’enceinte est limitée à 8 500 places pour ses raisons de sécurité. Le stade subit une seconde tranche de travaux de modernisation en 1997. Les deux tribunes latérales voient le jour. La capacité du stade est portée à 18 346 places. 

L’équipe de France à Guingamp

L’évolution du football vers un nouveau mode économique, précipite la dernière tranche de travaux. Le stade reçoit le label UEFA qui permet d’abriter des événements internationaux. Débutés en 2007, les travaux donnent au Roudourou son allure actuelle : Le lifting porte sur quatre axes principaux : Un espace économique fonctionnel voit le jour. Des loges spacieuses permettent à En Avant d’accueillir ses partenaires dans les meilleures conditions. La tribune latérale Est reçoit un toit, la tribune d’honneur un étage supplémentaire. L’éclairage est lui aussi amélioré. En août 2009, Hambourg est le premier hôte de prestige à découvrir le Roudourou dans sa forme actuelle. Quelques semaines plus tard, c’est au tour de l’Equipe de France de fouler le rectangle vert guingampais. Le samedi 10 octobre 2009, dans un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010, les Bleus l’emportent 5-0 face aux Iles Féroé.

Inauguration 1990 Vue 3D Roudourou Compos EAG-PSG janvier 1990